Jonathan Bréchignac

Artiste né en 1985, vit et travaille à Paris. 

Fruit d’une pensée plurielle dans laquelle s’entrechoquent l’écologie du vivant et la persistance des mythes dans nos constructions sociales, le travail de Jonathan Bréchignac est à l’art ce que l’exobiologie est à la conquête spatiale : une recherche sur les mutations sédimentaires de la roche, celle des exoplanètes dans un cas, celle d’alter-mondes fantasmés dans l’autre. La scientificité de l’œuvre de Jonathan Bréchignac appuie l’analogie que nous esquissons ici. Si elle se construit sur un modèle de « fiction bio-narrative » – néologisme qui nous semble approcher le plus justement les ramifications multiples de son esprit – l’artiste fait tout de même des emprunts rigoureux aux disciplines de la géologie et de l’histoire. Il n’y est pas question d’en dépeindre une réalité purement objective, mais de saisir les potentialités fictionnelles qu’elles font naître.

Quel rapport entre nos entrailles et celles de la Terre ? La série Alien Rocks (2018-) offre une piste pour répondre à cette question. Plutôt que d’interroger ce que les pierres auraient à nous dire si elles avaient la possibilité de nous parler, il faut se demander ce que nous entendrions si nous arrivions à les écouter. Léger décentrement qui invite, comme la philosophe Isabelle Stangers s’est attachée à le faire dans son court texte « Résister au désastre » (2019), à « repenser les prétentions autoritaires de la science occidentale moderne ». Car c’est aussi de cela qu’il s’agit dans le travail de l’artiste : tirer les fils conducteurs d’une autre histoire de la roche, en prise avec les formes du vivant qui l’entourent. Il s’agit d’ouvrir un nouveau champ de réflexion sur la nature même des pierres, et sur la puissance dévotique que de nombreuses cultures lui ont accordées au fil de l’histoire. Ce faisant, ses œuvres pourraient ainsi aussi bien se lire comme des « pierres du futur », comme il les nomme avec malice, ou bien comme des capsules spatio- temporelles détenant les secrets d’un temps géologique lointain. La série de tableaux de gouttes de pluie en résine (2019-) vient fertiliser cette pensée. Ses allures de tableaux chimiques sont sans doute dues à la confrontation de matériaux artificiels – un matériau fabriqué sur la planète Terre l’est-il jamais ? – et de formes par essence organiques : des gouttes de pluie. Selon l’angle d’incidence de la lumière sur les œuvres, leur surface révèle des formes et des couleurs dont les propriétés semblent changeantes. Cette manifestation pourrait être, dans l’esprit de certains, celle du fluide impondérable de l’éther. Suivant cette idée, l’œuvre pourrait donner à voir les vibrations de l’air, par un jeu de traces iridescentes et holographiques.

 
 

Formation

Diplômé de l’École de Recherche Graphique ERG (Bruxelles).

Expositions

Expositions Personnelles 

2019  Svalbard Petri dans les Calanques, Calanque de Callelongue, Marseille.
2019 Phenomena Ultra, curator : Scandale Project, galerie Rivoli, Brussels.
2017  Quelques degrés Celsius, galerie Anne-Sarah Benichou, Paris.
2015  Fun Momentum, galerie Voisin, Paris.

Expositions Collectives 

2021 MINERAL, curation Manuel Gomez, galerie Romero Paprocki, Paris 

2021 Le Jardin d’éternité, curator Point Contemporain, galerie Eko Sato, Paris.
2021 So Close 2, galerie Guido Romero Pierini, Paris.
2021  SuperNature, Chapelle XIV, Paris.
2020  Aquamorphose, Collectif 1:61, Les petites maisons, Paris
2020 So Close, galerie Guido Romero Pierini, Paris.
2020  For your yes only, galerie Bubenberg, online show.
2020  Room 236, curator : Anne Bourrassé, galerie Chloé Salgado, Paris.
2019  Exposition automatique : pas de raison, curator : Lou Ros, 10 bd. de la Bastille, Paris.
2019  Le hurlement du papillon, Double séjour, Paris.
2019  Accords, Double séjour, Paris.
2019  Tous s’embrassent avec joie, L’annexe, Paris.
2019 À Rebours, Lafayette Anticipations, Paris.
2018  Morceaux Choisis, galerie Bubenberg, Paris.
2018  Capsule, St Joseph BDM, Istanbul.
2018  La Collection Bic, 104, Paris.
2017  Summer Camp, Artmate, Cap Ferret.
2016  La trahison des objets, galerie Sisso, Paris.
2014  Jonathan Bréchignac & Paul Perpere, chez Benoit Coffin, Paris.
2014  The Blue route, Boghossian Foundation, Empin Villa, Brussels.
2013  Residency at the Boghossian Foundation – Brussels.
2012  Sharjah Islamic Arts Festival duo show, Maraya Art Center, Sharjah.
2012  Live drawing workshop, Maraya Art Center & Sharjah School of Arts.
2012  Beirut Loves, duo show, Beirut.

Prix

2012 Fubiz Awards : Award in the Graphism category