Clément Mancini

Temps corrosifs

 

Sur Terre, les humains occupent des espaces et tentent de laisser une marque de leur présence. Mais là où le temps passe, il laisse sa trace. Les peintures s'écaillent, les affiches se déchirent, les couleurs se délavent, et tout décor se détériore. Certains matériaux partent en lambeaux, et le fer devient poussière. Là où le temps passe, le reste trépasse. Et de ce temps qui souffle sur l’espace du monde, Clément Mancini en capture les images et en absorbe les résidus.

 

Une plaque de métal est en train de rouiller. Son armure grise et brillante se dissipe sous la pluie en une poudre mordorée. Dans toutes ses créations, l’artiste laisse lui aussi sa trace, l’empreinte littérale de son geste et de son passage. La toile est déposée comme un linceul sur la carcasse d’acier. Il frotte, gratte, peint, frotte encore ; et c’est sous ses gestes frénétiques que le transfert s’opère et que l'œuvre se révèle. Son mouvement, lui, ne s’oxyde pas. Le coton brut s’imbibe de particules de fer comme de pigments colorés et immortalise dans son tissage la corrosion du matériau. La toile se fond dans la rouille, la rouille se fond dans la toile. En y ajoutant de l'acrylique charbonneuse jusqu’à presque fusion, c'est comme s’il re-galvanisait la matière de son apparence d’antan. Ces tableaux portent en eux l’usure d’une histoire déjà trop longue. Imprégnés de l’abandon, et sous le mouvement qui abrase, le tissu se fragilise, se déchire parfois, comme des parchemins qui ont déjà transcrit trop de récits. 

 

De ces rebuts, aux oubliettes, l’artiste en saisit la transformation, la dégradation, la mutation vers d’autres états. Il leur affecte une nouvelle peau et en ce sens, une dernière subsistance. Ils nous rappellent que notre impact n’est que passager et que notre empreinte n’est qu’éphémère. Leur lumière éveille aussi des trous noirs et attise des lueurs dorées et la rouille dont sont constituées ses toiles rappellerait l’ocre rougeâtre du sol de Mars, composé en partie d’oxyde de fer. Telles des contrées lointaines et leur poussière désertique, les tableaux de Clément Mancini évoquent les terres  d’une planète esseulée, à laquelle on aurait renoncé avant même de l'avoir foulée. 

 
 

Expositions

Personnelles 

2022  Smudges, Yudik One, Brescia, Italy
2018  Good Luck, Have Fun, NinaSagt Gallery, Dusseldorf, Germany

2018  Prémices, Private Space, Madrid, Spain

Collectives

2021  So Close 2, Guido Romero Pierini Gallery, Paris, France

2021  XXI (The Escape) online show
2021  The Mole People, Les Petites Maisons, Paris, France
2021  I Don’t Care, A2Z Gallery, Paris, France

2021  NBB II, NBB Gallery, Berlin, Germany

2021  LMADS, Villa Belleville, Paris, France

2020  Artistic Residency,Villa Belleville, Paris, France
2020  Out Of The Blue, Slika Gallery, Lyon, France
2020  So Close, Guido Romero Pierini Gallery, Paris, France
2020  Duo Show with Christine Safa, Guido Romero Pierini Gallery, Paris, France

2019  Les Fleurs Sauvages, Couvent du Levat, Marseille, France

2019  Accords, Sept Elzevir Gallery, Paris, France
2019  Formato 14, Private Space, Madrid, Spain

2018  Dirty Voyage, Das Arty Gallery, Berlin, Germany

2018  Velvet Ropes, Route Exhibition

2017  52, Villa Belleville, Paris, France