Sarah Valente 

Après l’hiver passé, les œuvres de Sarah Valente sont une ode au printemps et à la renaissance qu’il engendre. Ses peintures transportent ce cycle dans leur processus car ce n’est qu’après le ciel gris que poussent ces bouquets éclatants.

Inspirés des planches de botanique, ces tableaux florissants naissent de trois couleurs primaires élémentaires. De manière tactile et instinctive, l’artiste en frotte les galets de pigments entre ses mains : elle allie le jaune lumière, le bleu marine pour obtenir son vert végétal et le rouge pour les pétales ardents. L’artiste dépose ses mélanges sur le lin nu et élabore un pliage en suivant des courbes de fleurs. Dahlia, Tulipe, Orchidée, Jonquille... Attendant la pluie, elle laisse ses sculptures de toile sur le sol de la forêt. Sous de fines gouttes ou des tempêtes, les œuvres s’arrosent. L’eau diffuse les couleurs dans les nervures des plis, les limbes imaginaires se dessinent et poussent alors les fleurs. Après la pluie, le printemps. Les teintes sont chaque fois différentes mais toujours vivifiantes, à l’image de cette saison qui éclot, de ces pulsions de vie. Cette série est un hymne à cette jeunesse encore fraîche, à ces années brûlantes d’insouciance et de candeur. Sarah Valente rend hommage à nos 18 printemps passés, et aux prochains à venir.

Protecteurs de cette nature nouvelle, des morceaux de bois lévitent comme des icônes. Dans sa série de sculptures Fragments, l’artiste nous laisse toucher du regard ce sur quoi l’on aurait peut-être pas posé les yeux. Flottant dans ce qui pourrait être du cristal, ces fossiles modernes, proviennent tous de forêts primaires et sacrées. “ La forêt est un lieu que tout le monde porte en soi ”, dans toutes ses créations Sarah Valente s’imprègne de ce qu’elle nous offre : ses croyances, ses légendes, ses ressources, ses esprits, ses oiseaux multicolores, ses insectes, et toutes les formes de vies qui s’y développent.

Aussi, à la nuit tombée, ses œuvres font volte face. Les fleurs et les écorces s’endorment et laissent place à des lueurs incroyables. Derrière cette densité végétale, se cachent d’autres plantes plus timides, qui s’allument de mille feux sous la lumière ultraviolette. Celles qui apparais- sent lorsque l’on revêt nos yeux d’abeille ou de frelon. Tiges fluorescentes, feuilles noctulescentes. L’artiste nous fait revenir quelques printemps en arrière et explorer toutes ces merveilles magiques avec nos yeux d’enfants.

 
 

Expositions & Prix 

2021 - 2022  Border/Line, Exposition collective de Yvannoé Kruger, Pavillon Dauphine

2021  La matière du monde, exposition collective en partenariat avec l’Université Dauphine, Manon Hasselman et Mathieu Templon, Paris 

2021  Amuse – Bouche, exposition collective à la Galerie FOCO, Lisbonne

 

2021  Lisières, Exposition collective de Yvannoé Kruger, Poush Manifesto

2019  La Ruche, Sculpture Monumentale à la  Fondation Good Planet

2019  Le Pad, Jardin des tuileries Paris

 

2018 – 2019  Nos armes, Exposition Collective à la Galerie Perpitch et Bringand

2017  La pensée des Éléments, exposition collective Galerie Foco

2017  Open Art House Lisboa Project, exposition collective au Musée de la Radio Lisbonne

2017  Drawings, exposition collective à la Galerie Perpitch et Bringand

2016 Spring Break Art Show, New York

2015  Mai Projec, Vente Humanitaire, Paris 

 

2011  Noir D’ivoire – Mois Off de la photographie, Galerie Daguerre

2009  Prix du jeune Photographe, Foire Internationale de la photographie Bièvre

2014   Collectif La Base, Galerie La Base / Le Perchoir, Paris 

2010  Second/Sight, Paris 

2009  White Spirit, Galerie de l’échaudée, Paris