top of page

Frédéric Galliano

Exposition BLACK IS BACK

11.05.2023 - 17.06.2023

M 160.621 - DP 1 - 91x118cm.jpg

Né en 1969, vit et travaille entre Valence et Paris.

Depuis plusieurs années, Frédéric Galliano articule ses créations autour de l’idée de Monade, concept développé par le philosophe mathématicien Leibniz au début du 18e siècle. À l’aide de ses outils, 4 équerres spéci!ques à l’artiste, il met en place des protocoles d’élaboration précis générant alors un panel de formes. Le travail de l’artiste se dé!nit dans un cadre strict, où des règles précises de construction sont élaborées. L’artiste laisse ensuite place à la puissance de réalisation de ses productions où l’immédiateté et la fulgurance sont aussi mises en jeu, cette spéci!cité de réalisation y ajoutant de l’imprévu et créant des résultats contenus mais inattendus.

 

Pour l’exposition Black is back, l’artiste présente la série des Déploiements de la Monade 160.621. Chaque oeuvre est la représentation de la monade hexagonale se déployant sur l’ensemble de ses six côtés. Au !l de son déploiement, la monade apparaît sous de nouvelles formes. Alors plate, elle expose toute l’étendue de son intérieur et de l’espace qu’elle contient et qu’elle couvre en se déployant. Dans l’enchevêtrement des lignes qui la traversent, dans leur complexité ordonnée, la monade nous renseigne aussi sur son être, son caractère et révèle ainsi son unicité. Se déployer, c’est aussi arpenter l’espace : non seulement l’espace environnant, mais aussi son propre espace intérieur.

Exposition EAU

15.03.2023 - 06.05.2023

Ondoiements 70x70 #17.jpg
CV

Né en 1969, vit et travaille entre Valence et Paris.

Depuis plusieurs années, Frédéric Galliano articule ses créations autour de l’idée philosophique de Monade, concept créé par Leibniz. À l’aide de ses outils, 4 équerres spécifiques à l’artiste, il met en place des protocoles d’élaboration précis générant alors un panel de formes. Dans la série des Ondoiements, l’artiste tort, à la manière du baroque, la rectitude de ses assemblages et explore les rondeurs géométriques “des cercles qui se croisent sans se détruire” prenant leur origine d’une citation de ce même philosophe.

À travers les Moires délicatement frottées en surface d’un papier velours par la poudre de pastel, ou les Nuages où l’eau et les pigments viennent se déverser sur un papier à effets, le geste engagé est porteur de sens : il contient presque en lui la nature du sujet.

Le travail de l’artiste se définit dans un cadre strict, où des règles précises laissent place au dernier geste, à la puissance de son immédiateté et à la fulgurance de la matière. Parfois fait d’accident et d’imprévu, il permet finalement à l’immensité d’exister.

Les couleurs tumultueuses des Nuages s’inspirant de ceux de Rubens, les Moires évoquant le mystère des reflets vibrants des surfaces aquatiques, rappellent que les différents travaux présentés dans cette exposition s’inscrivent dans la série des Espaces Baroques, et invoquent aussi des accents plus dramatiques. Frédéric Galliano explore à travers

ses œuvres comment l’eau peut être un support philosophique à la perception tel que le décrivit Leibniz à Sophie-Charlotte.

bottom of page